top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurKathy

Ca n'arrive qu'une fois tous les 10 ans


Depuis le 11 février 2010, les morbihannais attendaient la neige. Dix ans après, elle est tombée et bien tombée, paralysant Arné pendant près d'une semaine. Si les grands axes sont déneigés et salés, les petites routes ne le sont pas. La température étant descendue à -8° et ne dépassant pas -2°, la neige s'est transformée en verglas, rendant la circulation impossible : pas de facteur, pas de livraison, pas de courses... bref, nous sommes restés bloqués dans le mobil-home sans eau pendant trois jours (et oui, avec le froid, les canalisations ont gelé ! ). Heureusement la vague de froid était annoncée et nous avions prévu des bombonnes d'eau. Les voisins ont voulu nous rassurer "ça n'arrive qu'une fois tous les 10 ans". Les froids polaires sont peut-être rares en Bretagne mais il faudra quand même enterrer les fourreaux de canalisation d'eau à plus d'un mètre pour éviter ces coupures d'eau intempestives.





La demande préliminaire de travaux

 

Fin décembre nous avons reçu une demande de complément de dossier, nous avions trois mois pour envoyer le dossier. Il fallait refaire :


- Le plan de masse : nous avions choisi initialement de le faire au 1/600ème pour pouvoir l'imprimer en A4, il a fallut le refaire à une échelle plus précise (au 1/200ème ou 1/300ème) faire figurer l'ensemble des parcelles, des bâtiments et des arbres avant travaux (même si les travaux ne concernent qu'une parcelle) et un deuxième plant similaire incluant, les modifications structurelles, les arbres qui resteront, le système d'assainissement individuel et les places de stationnement créées après travaux.


Plan de masse après travaux


- Les plans des façades avant et après travaux devaient être à une échelle plus précise (1/100ème ou 1/50ème) autant dire tout refaire sur Archi3D car les plans initiaux avaient été réalisés sur KoziKaza, c'est un site plus facile à utiliser mais il ne permet pas d'incérer ces échelles.


Plan des façades après travaux


Et ajouter :


- Un plan en coupe précisant l'implantation de la construction par rapport au profil du terrain faisant apparaître l'état initial et l'état futur. Si vous en êtes à cette étape, voici quelques petites astuces :

  • Pour plus de lisibilité du plan de coupe, indiquer sur un "miniplan" de masse (téléchargé sur cadastre.gouv) où se trouve la coupe du terrain.

  • Pour les distances des limites de propriété, pas besoin de sortir un instrument de mesure sophistiqué, l'outil mesure de cadastre.gouv est suffisamment précis pour mesurer les parcelles.

  • Quant au calcul de l'inclinaison du terrain, déterminer un point zéro (généralement le seuil de la porte), se placer à quelques mètres (plus ce sera loin et plus ce sera précis) à l'aide du mètre laser mesurer différence de hauteur entre ces deux points. (la pente du terrain en % = 100 x hauteur/distance horizontale). Si sur 10 mètres j'ai une différence de 50 cm, l'inclinaison sera : 100 x 0.5/10 = 5%.

Pour plus de sécurité, j'ai fait deux plans, un longitudinal et un latéral.



Nous avons déposé le dossier le 3 février, le 20 nous avons reçu l'accord pour l'agrandissement, les ouvertures, les baies vitrées, la toiture terrasse et le badigeon. Les travaux de la grange vont enfin pouvoir commencer ! Et je vais me lancer dans les plans de la longère.



Le retour de la tronçonneuse !


Le 26 décembre, le vent a dépassé 90 km/h, la barrière de cyprès qui jouxte le mobil-home ne nous protégeait pas, elle nous menaçait. Les arbres de plus de 20 mètres se balançaient au dessus de notre tête, géants filiformes affaiblis par le lierre qui les dévoraient depuis des décennies. Bien que la grange ne soit pas chauffée, elle nous paraissait beaucoup plus sûre, nous avons donc passé la nuit sur les transats ressortis pour l'occasion, enroulés dans des couvertures en espérant que les craquements que nous entendions n'anéantiraient pas notre fragile habitation. Après une nuit blanche, le constat était sans appel, il fallait les réduire d'environ 10 mètres, pour qu'ils restent une barrière contre le vent sans risquer de nous tomber dessus. Un mois après, l'entreprise qui était déjà venue abattre les arbres de la face nord est revenue pour décapiter la vingtaine de cyprès.





Et voilà c'est reparti, Laurent à la tronçonneuse et à la cisaille pour débiter les tronc en tronçons de bois de chauffage ou piquets et moi au sécateur pour le petit bois du barbecue. Alexandre, qui est venu nous voir quelques jours, a participé à la découpe ce qui nous a bien aidé.



Notre voisin nous voyant faire de nombreux voyage à la déchetterie, est venu nous aider avec son tracteur, sa remorque est bien plus grande et il la charge à bloc ! A ce jour, nous n'avons coupé et déblayé qu'un tiers des arbres coupés.




Naissance d'une minipelle en image !

 

Pour tous les amateurs de mécanique, de minipelle et de casse-tête. Il manque certaines étapes, notamment le montage des chenilles (ça n'a pas été la partie la plus facile) mais il fallait être deux, nous n'avons donc pas pu immortaliser cet instant mémorable.


Et voilà, la bête est maintenant prête à sortir de sa tanière ! Pour vous, en live, sa première sortie.




Merci à tous de nous suivre ;) Nous n'avons pas donné beaucoup de nouvelles cet hiver, nous attendions que les plans et la minipelle soient terminés. A très bientôt.


Lever de soleil un matin d'hiver



122 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout
bottom of page